Les cosmétiques bio ont le vent en poupe, pourquoi ? 6 tendances

Les cosmétiques bio sont de plus en plus populaires dans le monde et en France notamment, qui, pour rappel, pèse pour près d’un quart des revenus dans le marché mondial des cosmétiques.

En effet, ce secteur du bio seul génère désormais environ 1 milliard d’euros d’activités par an dans notre pays, avec 1 français sur 2 qui déclare utiliser des cosmétiques bio, là où ils n’étaient qu’1 sur 3 il y a seulement 5 ans !

Statistique: Répartition du marché des produits de beauté naturels et cosmétiques en valeur au niveau mondial en 2020, par catégorie de produits | StatistaTrouver plus de statistiques sur Statista

 

Un filon qu’ont bien flairé les grandes industries cosmétiques.

Des MDD (Marques De Distributeurs, comme par exemple Cien de la marque Lidl) aux mastodontes comme L’Oréal, la tendance est bien au bio. Petits comme grands acteurs expriment donc leur volonté de sortir des circuits traditionnels et surtout des ingrédients dommageables et des composés chimiques longtemps utilisés trop à la légère. Les scandales sanitaires et le discours écologique ambiants ont donc bien fait leur office, et il ne semble pas y avoir de retour en arrière possible !

Du maquillage bio aux produits de soins de la peau, du corps ou des cheveux respectueux de l’environnement, il existe de nombreuses options disponibles pour ceux qui cherchent à utiliser moins de produits chimiques.

Dans cet article, nous parlerons des raisons expliquant le succès des cosmétiques bio en France.

 

1. Des produits respectueux de l’environnement et labellisés en tant que tel

Même s’il faut aussi prendre garde au « Greenwashing« , « Biowashing » et plus généralements aux fausses promesses marketing, la garantie bio apportée par les labels reste un formidable vecteur de confiance pour le consommateur (ex : Ecocert / Cosmos Organic).

Saluant l’usage de techniques artisanales respectueuses de l’environnement et l’emploi d’ingrédients naturelles, ces labels font en quelque sorte un pont entre nos corps et mère nature, et on ne peut que s’en réjouir !

Car nos sociétés sont aujourd’hui beaucoup plus sensibles à ces préoccupations, ainsi qu’à la place de l’éthique dans nos processus d’achat.

C’est notamment ce que prouve une étude YouGov de 2020, selon laquelle 40% des Français interrogés se déclarent prêts à boycotter une marque lorsqu’elle est mêlée à un scandale relatif à :

  • Un risque pour la santé
  • De la maltraitance animale
  • Une nuisance environnementale

Et les Français ne plaisantent pas, puisque pour un sur deux, ce boycott serait définitif.

Voilà pourquoi prendre soin de sa réputation en tant que marque, et surtout, pourquoi respecter les normes légales, éthiques et sanitaires doit être une priorité absolue pour les acteurs du marché, et voilà pourquoi le secteur du bio à de beaux jours devant lui.

 

Aller plus loin : Nos mentions (Association des Nouveaux Savonniers et La Nouvelle Cosmétique)

 

2. La mode du « DIY »

Le DIY, pour Do It Yourself en anglais, et « Faites-le vous-même » en français, est une tendance qui a pris une importance considérable dans le monde des cosmétiques bio.

Tout d’abord, il faut bien se rendre compte qu’aujourd’hui, grâce aux ressources que l’on peut retrouver en ligne, qu’il s’agisse de tutoriels, d’articles, de vidéos ou autre, on peut apprendre à faire à peu près n’importe quoi, et ce, quel que soit notre niveau de base.

 

Exemples de tutoriels présents sur Youtube

 

Alors, il est logique qu’en vantant les mérites d’une cosmétique plus simple et aux techniques artisanales, un bon nombre d’internautes et de consommateurs soient tentés de créer leurs propres soins de beauté (avec naturellement des résultats inégaux).

Il n’empêche que nous ne pouvons que saluer ces initiatives (tant de la part des créateurs de contenus que de leurs utilisateurs) qui sensibilisent grandement le public aux bonnes méthodes à employer, et mettent à l’honneur le savoir-faire de nos métiers.

En accomplissant soi-même ces petits travaux pratiques, on comprend bien mieux 1) l’intérêt du bio, et 2) l’intérêt de se tourner vers des laboratoires produisant à une certaine échelle ces produits, lorsque l’on en a besoin tous les jours de l’année, sans nécessairement avoir le temps ou les ressources nécessaires à leur création !

 

3. Des produits de proximité et la tendance à la « Slow Cosmétique »

C’est dans une certaine mesure l’étape qui suit celle du DIY : celle de la professionnalisation, et de « l’industrialisation » des procédés. Avec un public qui s’essaie par soi-même à la création de cosmétique, néophytes ou non en chimie ou en biologie, naturellement, des vocations se créent ! 

Au même titre par exemple que l’on a vu exploser le nombre de brasseries locales, de paniers du maraîcher du coin, etc., de petits laboratoires de région ont pu se développer pour offrir leurs propres productions locales, utilisant les produits et ingrédients proches des consommateurs.

Les discours anti-mondialisation ou critiquant les grands groupes pour mettre à l’honneur les créateurs locaux ont clairement eu un impact positif sur le marché des produits de beautés naturels bio.

En effet, l’association professionnelle Cosmebio compte aujourd’hui environ 600 marques appartenant à 420 entreprises dont la moitié sont des TPE générant un chiffre d’affaires de moins de 500 000 euros.

On peut raccrocher cette tendance au phénomène de la slow cosmétique, qui s’inscrit dans une logique de circuits courts, en dehors de la grande distribution, privilégiant plutôt des réseaux de pharmacies, ou encore les marchés et magasins bios, sans oublier bien sûr Internet, qui lui aussi, est un acteur majeur de ce changement vers le bio ! Puisque naturellement, en boudant les grandes enseignes, magasins, super et hyper, le marché en ligne est l’un des tous premiers bénéficiaires en la matière.

 

4. L’arrivée des hommes sur le marché des cosmétiques

Si les hommes ont historiquement toujours eu plus ou moins recours aux produits de beautés (il n’y qu’à voir les habitudes de maquillage ou de toilette du Roi Soleil), il est indubitable que ceux-ci sont restés longtemps loin derrière les femmes sur le sujet.

Mais de plus en plus, les soins masculins se diffusent, les habitudes changent (à l’image par exemple du phénomène des « Barber Shops », et bien sûr, les hommes, lorsqu’ils utilisent des cosmétiques, utilisent des produits bio dans des proportions similaires à celles des femmes.

Si bien sûr le succès des cosmétiques bio en soi n’est pas vraiment une question de sexe, lorsqu’une « nouvelle » population change ses habitudes de consommation et fait croître une demande, fatalement, le secteur concerné croît à son tour !

Et c’est le cas donc du secteur des cosmétiques, puisqu’on estime à environ 10% aujourd’hui le poids des consommateurs hommes sur ce marché, une proportion qui ne cesse d’augmenter, et profite donc directement à la bonne santé du secteur bio.

 

5. Des soins plus en accord avec nos corps

Ce n’est un secret pour personne : les produits de soins bio sont fabriqués à partir d’ingrédients naturels, et contiennent moins de produits chimiques nocifs que les produits de beauté traditionnels.

Les conséquences bénéfiques sont diverses.

Tout d’abord, les risques d’allergies, souvent liés aux parfums synthétiques ou aux conservateurs, sont réduits. Attention cependant, les produits de soins bio peuvent très bien comporter des extraits de plantes auxquelles vous êtes allergiques, voilà pourquoi il est important de faire des tests et de bien connaître votre situation avant d’employer un produit auquel vous n’êtes pas habitués.

Ensuite, c’est surtout une sorte de retour salvateur au « principe de précaution« . Sans forcément parler du secteur cosmétique en soi, nul doute que les scandales que l’on a connu depuis les années 90 dans les domaines de la santé et de l’alimentation en ont raisonné plus d’un.

La méfiance est désormais de mise chez le consommateur lorsqu’il est confronté à un produit aux ingrédients incompréhensibles ou inconnus.

Si, fort heureusement, le plus clair du temps, il faut relativiser ces craintes car les produits sont tout de même contrôlés, il est vrai que les effets à long terme de certains composés sont encore âprement débattus. Perturbations endocriniennes et risques de cancer sont des sonnettes d’alarmes fréquemment tirées, auxquelles échappent les authentiques produits naturels bio.

Les risques pour la santé sont réduits d’un côté, et les bénéfices semblent quant à eux tout aussi bons, si ce n’est plus !

 

Aller plus loin : Quels sont les bienfaits des huiles végétales naturelles en cosmétique ?

 

6. Des ingrédients tendance et des produits de qualité

Enfin, sortons un peu des raisons philosophies ou conjoncturelles pour nous pencher davantage sur la nature des produits bio eux-mêmes ainsi que sur les ingrédients qu’ils proposent.

Car c’est là l’un des atouts qui a sans doute pu le plus surprendre et déstabiliser les industriels du marché.

En effet, là où les années 90 et 2000 ont excessivement misé sur des formules et des parfums synthétiques désincarnés (gammes « sport » par exemple), ces senteurs certes attirantes à l’époque semblent aujourd’hui ne plus inspirer le public.

Désormais, la tendance est plutôt à la découverte de nouveaux ingrédients naturels proposant des propriétés jusqu’alors méconnues, ou bien tout simplement à la redécouverte de grands classiques indémodables (aloe vera, lavande, romarin, sauge, camomille, huiles de noix de coco, de jojoba, d’avocat, d’olive, d’arbre à thé…).

Les plantes et fleurs du monde entier s’offrent désormais au grand public qui exprime une soif d’exotisme et de nouveauté, toujours à condition qu’il s’agisse d’ingrédients naturels.

Et vous pouvez vous en douter, la nature n’est pas prête de dire son dernier mot ! Des centaines et des milliers d’espèces sont à la disposition de l’homme. Avec autant de choix, on se dit qu’il est bien vain de vouloir créer de manière synthétique de nouveaux parfums ou de nouvelles propriétés !

Au-delà des ingrédients contenus dans les produits cosmétiques bio, leurs propriétés physiques et leurs bienfaits se montrent eux aussi à la hauteur ! Si au début du phénomène bio, certains pouvaient émettre certaines réticences quant à ces « nouveautés », restant fidèles aux grandes marques auxquelles ils étaient habitués, force est de constater que les produits cosmétiques bio naturels (même s’ils moussent moins !) ont transformé l’essai.

Rapidement, le public a pu se rendre compte lors de leur usage et après-coup qu’il n’y avait non seulement rien à craindre, mais que surtout, il gagnait au change, de sorte à ce que nombreux sont les consommateurs qui aujourd’hui ne reviendraient pour rien en arrière !

 

Conclusion

Si l’on doit retenir un acteur majeur dans l’explosion du marché des produits cosmétiques bio, c’est l’ouverture d’esprit.

  • Ouverture d’esprit à des causes justes (environnement, animaux).
  • Ouverture d’esprit à de nouvelles marques.
  • Ouverture d’esprit à de « nouveaux » ingrédients.
  • Ouverture d’esprit à des méthodes traditionnelles ancestrales.
  • Ouverture d’esprit à notre Bien-Être.

 

C’est cette philosophie qui accompagne nos projets et la vie de nos entreprises depuis désormais 30 ans, et c’est avec bienveillance et optimisme que nous accueillons cette Renaissance du secteur cosmétique !

Contactez nous pour en savoir plus sur nos produits et sur comment vous aussi participer à l’aventure des cosmétiques bio et naturelles !

 

Aller plus loin : Créer sa marque cosmétique : Tuto complet