Projet "Palm Free"

Depuis plusieurs années les modes de consommation changent, tendant de plus en plus vers des habitudes de vie plus responsables. C’est dans cette dynamique que le secteur de la cosmétique naturelle et biologique ne cesse de croître. Des problématiques complexes comme celle de l’huile de palme obligent aussi ce secteur à repenser ses activités. C’est le cas des certifications biologiques Nature&Progrès et Nouvelle Cosmétique qui ont pris le parti d’interdire l’huile de palme industrielle et ses dérivés dans les matières premières cosmétiques.

On trouve ces dérivés dans la plupart des tensioactifs, certains solvants et antioxydants. De ce fait, gel douche, shampoing, crème, gommage, masque, dentifrice … sont majoritairement concernés. Laboheme se devait donc de réaliser un rigoureux travail de formulation afin de trouver des alternatives à l’huile de palme et vous permettre d’obtenir la mention Nouvelle Cosmétique pour des produits complexes.

Après plusieurs années de recherches, en testant une dizaine d’émulsifiants « palm free », Laboheme a aujourd’hui la possibilité de proposer des émulsions « palm free » (crème, lait, gommage, masque, sérum), pour produire des cosmétiques garantis sans huiles de palme.

En effet, en se basant sur des critères sensoriels et de stabilité, plusieurs tensioactifs ont été sélectionnés pour de futurs développements.

La sensorialité qu’ils procurent est variée et permettra d’apporter des solutions de formulation multiples et spécifiques à votre cahier des charges.

Il reste cependant une limite à ce sujet : la formulation de shampoing et gel douche « palm free ». Le marché actuel des matières premières cosmétiques ne permet pas d’obtenir ce type de produit lavant en version sans palme. Cette problématique fera potentiellement l’objet d’un futur sujet de recherche.

En attendant, nous pouvons toujours vous proposer des formules se basant sur nos savons liquides Codina issus de la saponification et donc ne contenant pas de tensioactifs. 

Cette huile obtenue artisanalement dans les villages d’Afrique, d’Asie et d’Amérique du sud, est excellente, bien rouge et très riche en carotène. Ce qui est à proscrire c’est l’industrialisation de l’agriculture, l’expropriation des petits propriétaires et les dommages sur l’environnement. Laboheme reste toujours proche des paysans qui produisent une huile de palme artisanale de qualité.

Huile Palme Rouge

Michel Pobeda dans un village au Nord de Lomé

EN SAVOIR PLUS

D'où provient l'huile de palme ?

L’huile de palme est obtenue à partir de la pulpe du fruit à huile.

On peut retrouver les arbres qui portent ces fruits en Afrique, en Asie du Sud-Est ainsi qu’en Amérique du Sud.

L'huile de palme et l'huile de palmiste sont-elles différentes ?

Oui ! Il ne s’agit pas exactement de la même chose, mais la confusion est permise, car on parle à la base de la même plante ! 

Si l’huile de palme est extraite de la pulpe du fruit, l’huile de palmiste provient quant à elle de ses graines

En conséquence, les propriétés ne sont pas les mêmes. 

Pourquoi l'huile de palme est-elle utilisée dans le secteur cosmétique ?

Au-delà de ces propriétés hydratantes et nourrissantes, ce qui rend cette huile particulièrement attirante pour l’industrie cosmétique c’est : 

  • Son coût faible, lié à une agriculture extensive globale
  • Ses propriétés émulsifiantes, qui en font un agent de texture très intéressant
  • Ses propriétés colorantes (rouges-oranges)
  • Sa résistance aux fortes chaleurs 

Dans quels produits cosmétiques trouve-t-on de l'huile de palme ?

L’huile de palme est très fortement présente en cosmétique, puisqu’on estime qu’1 produit sur 5 en contient.

Les principaux produits concernés sont :

  • Les crèmes visage et corps
  • Les produits démaquillants
  • Les huiles pour cheveux, corps et visages
  • Les rouges à lèvre et autres produits de maquillage

L'huile de palme est-elle mauvaise pour la santé ?

Utilisée en tant que cosmétique, non absolument pas ! 

L’huile de palme est utilisée de façon traditionnelle depuis très longtemps, et ce en particulier dans les pays d’Afrique. 

Riche en acides gras, l’huile de pale nourrit, hydrate, et raffermit la peau. 

Elle peut être utilisée directement, sans être transformée. 

Qu'en est-il des conséquences environnementales de la culture de la palme ?

Malheureusement, c’est là que le bat blesse, car les conséquences néfastes de l’huile de palme sont multiples. 

Mais avant de nous intéresser aux problèmes causés, il faut avant toute chose bien se rendre compte de l’ampleur de l’industrie de l’huile de palme. 

Car en effet, l’huile de palme pèse pour 2/3 de toutes les huiles végétales produites dans le monde ! C’est énorme !

Et le secteur de la cosmétique contribue fortement à sa consommation, puisqu’environ le 1/4 de cette production mondiale est utilisée par cette industrie ! Le gros du reste est quant à lui employé par les industries agro-alimentaires. 

Il est donc indéniable qu’en arrêtant de promouvoir ou d’utiliser cette huile dans les produits de beauté, on peut avoir un réel impact. 

 

Le problème de la monoculture :

La palme offre un excellent rendement, et est demandée en très grande quantité. Spécialiser sa plantation pour la production de palme est donc une garantie pour les agriculteurs. Le problème, c’est qu’en faisant cet arbitrage, d’autres cultures sont laissées de côté, ce qui pose un sérieux problème d’équilibre dans les écosystèmes. 

 

Le problème de la déforestation : Poussant dans les climats tropicaux, on a souvent recours à la déforestation de milieux pour faire de la place au juteux business de la palme. L’Amazonie est ainsi particulièrement touchée, ainsi que les forêts d’Indonésie. Selon les autorités locales, environ 24 millions d’hectares de forêts tropicales indonésiennes ont été détruit entre 1990 et 2015.

 

Le problème de la pollution de l’air : Des feux sont déclenchés pour améliorer la culture de la palme ou agrandir les surfaces des plantations. La fumée produite est un véritable cauchemar pour les habitants, et ce, des centaines de kilomètres à la ronde ! Prenons l’exemple de Singapour, totalement étranger à ce commerce, qui fait les frais chaque année de la pollution, voyant arriver des nuages de fumées d’Indonésie et de Malaisie. Problèmes respiratoires et cancers sont bien évidemment à redouter. 

 

A cause de ces problèmes, on assiste à : 

  • Une dépendance mondiale des industriels et des agriculteurs à l’huile de palme
  • Une baisse de la biodiversité, avec de nombreuses espèces animales et végétales affectées et en voie d’extinction 
  • Un impact climatique dû aux rejets de gaz à effet de serre et à la déforestation

Que faire pour limiter les effets néfastes de l'huile de palme ?

  • Changer les modes de consommation : En tant que consommateur, vos décisions importent ! Vous pouvez faire le choix de réduire votre consommation ou de boycotter les produits à base de palme. 

 

  • Changer les modes de production : C’est notamment ce que nous faisons ici à Vierzon, en développant des cosmétiques avec 0% d’huile de palme, ou en collaborant avec des fournisseurs qui travaillent de manière traditionnelle et respectueuse de la nature. Contactez nous pour en savoir plus !

 

  • Changer les modes de culture : C’est l’idée d’avoir une huile de palme soutenable, portée par le label RSPO (Roundtable for Sustainable Palm Oil). Une autre agriculture de l’huile de palme est tout à fait possible, et aujourd’hui, environ 1/5ème de la production mondiale répond aux critères de ce label. Dans notre pays, l’Alliance Française pour une Huile de Palme Durable est la référence en la matière. Tout cela passe par un effort de norme et de sensibilisation. Car malheureusement, remplacer la palme par une autre culture n’a rien d’une solution miracle. En effet, il faudrait 4 à 5 fois plus de terres pour produire la même quantité d’huile de soja ! 

Comment reconnaître l'huile de palme sur les emballages cosmétiques ?

C’est malheureusement un peu plus compliqué que de simplement lire « contient de l’huile de palme ». 

En effet, un grand nombre d’ingrédients présents dans les cosmétiques sont des sous-produits de l’huile de palme. 

Si vous souhaitez éviter son utilisation, il vous faudra faire attention aux : 

Suffixes : “cetear”, “stear”, “palm”, “myrist”, “dodec” et “lauryl”

Préfixes : “capryl”

Si vous voyez le nom d’un ingrédient contenir ceux-ci, c’est qu’il contient de l’huile de palme. Vous pouvez aussi contacter les services clients des marques pour faire toute la lumière sur les ingrédients de leurs productions. 

En savoir plus sur la liste des ingrédients pouvant contenir de l’huile de palme.

Enfin, il existe aujourd’hui certains labels indépendants qui signalent qu’un produit ne contient aucune huile de palme. C’est le cas du label Nature et Progrès.